F.A.Q


La résine composite


De couleur blanche, la résine composite est un matériau esthétique qui sert à restaurer les dents antérieures et postérieures. La résine composite sert à corriger des défauts causés par une carie, une fracture ou encore une dent en mauvaise position. Elle est principalement composée d'un polymère (plastique) et de particules inertes très dures et très petites.

Une version plus fluide de ce matériau est utilisée comme scellant afin de prévenir le développement de caries dans les puits et les fissures qui se trouvent sur le dessus des dents situées à l'arrière de la bouche. Utilisé plus couramment chez les enfants, le scellant peut également être employé chez les adultes.


AVANTAGES

• Offerte en plusieurs teintes proches des différentes couleurs des dents, la résine composite est très esthétique.

• La cavité préparée par le dentiste pour corriger la carie est souvent moins grande, au niveau des dents postérieures, que pour un amalgame.

DÉSAVANTAGES

• Quand la résine composite est utilisée dans des préparations de grande dimension sur les dents postérieures, elle est moins durable que l'amalgame.

• S'il y a perte de scellant, le risque de carie secondaire (carie adjacente à une région déjà restaurée) est plus élevé.
Les restaurations en résine composite coûtent plus cher que les restaurations en amalgame.


Son emploi

La résine composite est indiquée pour remplacer des restaurations brisées ou perdues et pour restaurer une partie de la dent détruite par une carie de petite ou moyenne dimension. Elle résiste bien à la fracture et à l'usure et peut durer plusieurs années.

L'amalgame

Utilisé en dentisterie depuis plus de 150 ans, l'amalgame dentaire est un matériau composé principalement de mercure, d'argent, de cuivre et d'étain. Il demeure toujours un matériau obturateur de choix pour les dents situées derrière, moins visibles.

Peu coûteux et très durable, l'amalgame dentaire scelle bien la dent, ce qui diminue le taux de récidive de la carie. Enfin, il résiste beaucoup à la pression provenant de la mastication. Son principal inconvénient demeure sa couleur argentée, qui peut déplaire.

Les amalgames dentaires libèrent des vapeurs de mercure, surtout lors de la mastication. Selon la littérature scientifique, la quantité de mercure métallique libérée serait toutefois bien au-dessous du seuil de toxicité.
Mentionnons également que chaque individu absorbe chaque jour une autre forme de mercure provenant de l'environnement. Ce mercure organique se retrouve notamment dans l'air, dans l'eau et dans des aliments tels que le poisson.

Selon Santé Canada, il n'est pas justifié d'interdire complètement l'utilisation de l'amalgame ni de recommander le remplacement des obturations d'amalgame en bon état chez les patients. De plus, il n'y a pas de données qui démontrent que les amalgames dentaires sont une cause de maladie dans l'ensemble de la population.

AVANTAGES

• Étanche

• Durable et résistant à l'abrasion


DÉSAVANTAGES

• Peu esthétique

• Réactions allergiques (très rares)
L'Ordre des dentistes du Québec ne recommande pas aux patients de faire remplacer des amalgames en bon état par d'autres matériaux obturateurs.


Le conseil éclairé

Il est recommandé de ne pas utiliser les amalgames pour les patients suivants :

• Les personnes allergiques au mercure. Les véritables allergies au mercure sont toutefois rares (moins de 1 % de la population). Un test cutané et un examen buccal permettent de vérifier si une personne est allergique au mercure.

• Les personnes qui souffrent d'insuffisance rénale (maladie du rein).

Pour lire l'énoncé de position de Santé Canada : www.hc-sc.gc.ca.


Les facettes

Faites en porcelaine ou en composite, les facettes sont de minces coquilles qui sont collées à la surface visible de la dent traitée.

Les facettes en porcelaine

En général, deux rendez-vous sont nécessaires pour la réalisation de ce type de restauration.
Le dentiste réduit la face visible des dents, puis il prend une empreinte, qui est envoyée à un laboratoire dentaire pour la fabrication des facettes. Au second rendez-vous, les facettes de porcelaine sont collées aux dents au moyen d'une résine adhésive.
Les facettes de porcelaine offrent un fini de surface exceptionnel et sont habituellement plus résistantes aux taches que les facettes en composite.

Les facettes en composite

Les facettes en composite sont réalisées par le dentiste directement à la chaise : un seul rendez-vous est nécessaire.

Le dentiste réduit, au besoin, la partie externe visible de la dent. Une résine composite assortie à la teinte des dents voisines est appliquée sur la dent, puis façonnée.

Une lampe spéciale durcit ensuite le composite, qui sera finalement ajusté et poli.

Elles sont généralement employées pour :

• améliorer l'aspect esthétique du sourire, par exemple pour fermer un espace entre deux dents
• aligner des dents qui présentent un léger chevauchement
• corriger la forme ou la couleur des dents


Les incrustations

Faites en porcelaine ou en or, les incrustations sont des restaurations fabriquées en laboratoire qui servent à remplacer des obturations conventionnelles en amalgame ou en résine composite.

L'incrustation est indiquée dans les cas où la dent est un peu plus détruite, car elle protège davantage la dent contre le risque de fracture et elle permet de mieux supporter les forces de la mastication.

Le dentiste prépare la dent, prend une empreinte, envoie le tout à un laboratoire et cimente l'incrustation lors d'un rendez-vous subséquent. Les incrustations en porcelaine sont esthétiques et collent à la dent. Les incrustations en or sont plus résistantes à la fracture et ont une durée de vie supérieure.

Mise au point sur les radiations  des radiographies dentaires

(article publié par l'ordre des dentistes de Québec le 11 avril 2012)

Rappelons que l'humanité a toujours vécu dans un monde baigné par les radiations ionisantes. Les humains sont soumis à deux grandes sources d'irradiation naturelle et l'irradiation artificielle. Au total, ces deux formes d'irradiation avoisinent environ 360 millirems (mRem) par année pour les non-fumeurs et 640 mRem pour les fumeurs.
 
Irradiation naturelle

L'irradiation naturelle annuelle prend son origine de quatre sources principales:

- Irradiation cosmique provenant de l'espace, qui équivaut à 26 mRem

- Irradiation terrestre venant des éléments radioactifs de le Terre, 
   qui représente 29 mRem

- Irraditaion venant du radon, du radium et de l'uranium, qui totalise 200 mRem

- Irradiation interne d'origine alimentaire, qui compte pour 40 mRem

Au total, la dose d'irradiation naturelle se situe autour de 285 mRem par année 
(ou 3 uSv par jour), soit 81% de l'irradiation totale reçue par la population sur une base annuelle.
 
Irradiation artificielle

L'irradiation artificielle annuelle prend son origine de plusieurs sources:

- Irradiation médicale dans le cadre des examens radiodiagnostics médicaux et   dentaires (38 mRem)

- Irradiation provenant des examens en médecine nucléaire (14 mRem)

- Irradiation provenant des produits de consommation - télés, fours à micro-ondes, cadrans phosphorescents, détecteurs de fumée (11 mRem)

- Autres sources, comme l'industrie nucléaire (2 mRem)

Au total, la dose d'irradiation artificielle se situe autour de 65 mRem par année, représentant 19 % de l'irradiation totale reçue par la population.
 
Un individu absorbe chaque année une dose d'environ 360 nRem de source à la fois naturelle et artificielle, auxquels il faut ajouter 280 mRem s'il s'agit d'un fumeur. Il faut comprendre que l'irradiation naturelle à laquelle personne ne peut se soustraire est environ quatre fois plus importante que l'irradiation artificielle.

Les rayonnements d'origine dentaire représentent pour leur part environ 3 % des radiations artificielles: ils ne sont donc pas la plus importante source de radiations d'origine artificielle.

Une règle simple pour se rappeler les doses d'irradiation associées aux radiographies dentaires, c'est " 10-10--100 "

- cliché panoramique : 10 uSv

- cliché céphalométrique 3 à 20 uSv

- 2 clichés rétrocoronaires: 10 uSv

- 20 clichés rétroalvéolaires: 100 uSv

***de telles doses sont considérées comme très faibles.
 
Évoquons à ce sujet la position de l'International Commission on Radiological Protection, dans la publication 105 de Annals of the ICRP, vol. 37, no 6 et intitulée Radiological Protection in Medicine, ainsi que l'avis de l'American Association of Physicists in Medicine, qui soutiennent, au sujet des faibles doses, qu'il n'est pas recommandé de prédire une augmentation du risque de cancer sur de seules bases épidémiologiques pour des personnes qui reçoivent des doses inférieures à 50 mSv au cours d'un simple examen et de 100 mSv  pour des procédures multiples.

En matière de radiologie dentaire, le dentiste doit toujours s'appuyer sur le principe ALARA ( As Low As Reasonably Achievable ) et se rappeler que chaque examen radiologique doit être basé sur le jugement clinique et être précédé d'un examen diagnostique et d'un entretien avec le patient.

Des dents mal alignées, chevauchées, trop proéminentes ou trop longues sont habituellement les signes les plus évidents pour diriger une personne vers un traitement d'orthodontie. Cependant, un traitement peut aussi s'avérer nécessaire si les dents ne s'emboitent pas bien ensemble et rendent la mastication difficile. Cela peut aussi être la cause d'une usure excessive des dents ou de douleurs à la mâchoire, à la tête, au cou, aux épaules ou au dos. L'orthodontie visera à prévenir ou le cas échéant, à diminuer ces symptômes.
De nos jours, des gens de tout âge reçoivent des traitements d'orthodontie. Chez les jeunes... jamais trop tôt et, chez les adultes... jamais trop tard pour débuter un traitement. Même les adultes, dans la cinquantaine ou la soixantaine, entreprennent les traitements en vue d'améliorer leur sourire, leur mastication ou pour diminuer certaines douleurs spécifiques à la mâchoire.
Les appareils fixes orthodontiques utilisés aujourd'hui sont beaucoup plus petits et discrets que ceux utilisés il y a 20 ans. Plutôt que de recouvrir complètement la dent, l'appareil fixe est maintenant de très petite dimension. En plus des appareils fixes en métal, plusieurs dentistes et ou orthodontistes offrent les appareils fixes transparents. Ces appareils fixes, bien que visibles, ne paraissent que très peu. Parlez-en à votre dentiste généraliste et/ou orthodontiste, il pourra vous renseigner sur ce qui est le mieux pour vous.
Certains patients qui présentent une malocclusion nécessitant un traitement d’orthodontie peuvent être réticents à entreprendre un traitement avec port de boitiers fixes.

Une solution s’offre à eux, sans les inconvénients du traitement usuel. Discrètes, simples et confortables, les coquilles évolutives sont des appareils de correction orthodontique presque invisibles et fabriqués sur mesure à partir des empreintes de la bouche du patient. Patient idéal pour les coquilles (adulte ou adolescent qui :)

- Présente une malocclusion mineure ou majeure

- Présente une récidive à la suite d’un traitement d’orthodontie par boîtiers usuels à un plus jeune âge qui n’aurait pas porté ses appareils de rétention

- Est au stade final de traitement orthodontique et nécessite un appareil de rétention avec quelques corrections mineures

- Demande un traitement d’orthodontie mineur avant de subir une reconstrustion esthéthique

- Ne veut pas s’embarrasser de fils et de boîtiers orthodontiques pour raison d’esthétisme
Des dents bien alignées améliorent l'esthétique et du même coup l'estime de soi, la personnalité et la confiance en soi. Ce n'est, cependant, pas le seul aspect à considérer. Des dents bien alignées diminuent ainsi les risques de douleurs à la mâchoire et facilitent l'hygiène dentaire. Moins de caries, moins de maladies des gencives, moins de risques de perte des dents.
Les appareils fixes d'aujourd'hui sont conçus en ayant à l'esprit le confort du patient. Les appareils fixes sont petits avec des angles arrondis minimisant ainsi les possibilités d'irritation des joues et de la langue. De plus, les fils orthodontiques, qui en fait alignent les dents à action douce et continue rendent le traitement beaucoup plus confortable. Après une certaine période d'adaptation au début, le traitement est habituellement sans douleur.
Chaque cas est vraiment spécifique, il n'y a pas de règle fixe. Certaines irrégularités peuvent être corrigées facilement. Une analyse précise de la malocclusion permettra de vous situer sur la durée du traitement. Chez les jeunes, l'utilisation de certains appareils pendant la croissance permet de diminuer considérablement la durée des traitements. Un traitement moyen chez les adolescents et adultes est d'une durée approximative de 20 à 24 mois.
Votre dentiste généraliste et/ou orthodontiste peut vous indiquer certaines choses à éviter, s'il y a lieu : aliments trop durs, bonbons, gommes, etc. Une bonne hygiène buccale est de mise : brossages et soins dentaires sont essentiels durant un traitement d'orthodontie. Outre ces mesures, les patients doivent simplement suivre les instructions de leur dentiste généraliste et/ou orthodondiste, respecter le port des appareils fixes et se présenter à tous les rendez-vous.
Le coût d’un traitement d’orthodontie dépend de plusieurs facteurs dont les principaux sont : la complexité du cas, l’âge du patient, la durée de traitement anticipée, le type d’appareils utilisés pour faire la correction.

La plupart des dentistes généralistes et/ou orthodontistes offrent un plan de financement afin de rendre le traitement abordable. Combiné à vos remboursements d'assurance, le traitement coûte moins que vous ne l'imaginez ! En prenant en considération les avantages à long terme d'un traitement d'orthodontie, c'est un investissement judicieux.
Afin de diminuer les possibilités de récidive, il est important de garder les fils de rétention le plus longtemps possible et de porter, s’il y a lieu les appareils de rétention la nuit pendant de nombreuses années tel que demandé, pour éviter non seulement un certain retour des dents vers leur position initiale, mais aussi pour diminuer les effets négatifs du vieillissement ou de mauvaises habitudes.

Veuillez noter que la récidive est toujours possible selon l’importance du chevauchement des dents ou selon l’âge du patient, et ce, même si la période de rétention est terminée. Les dents bougent toute notre vie avec ou sans traitement orthodontique.